Avec l'appui de 3 individus peu scrupuleux dans notre syndicat, la Fédération du Commerce nomme un énergumène comme DÉLÉGUE SYNDICAL CENTRAL sans consulter notre syndicat et sans tenir compte du jugement du tribunal de Vannes du 16 juin 2017 qui interdit à la FD du commerce de nommer un DSC sans consulter notre syndicat ! La FD du commerce serait-elle au-dessus des lois ?   

       

 

Cet individu, dont nous ne voulons pas, a été exclu le 24 janvier 2017 en présence d'une secrétaire fédérale, 4 mois plus tard le premier secrétaire de la FD du Commerce le nomme DSC. Comprenne qui pourra !

 

 Décision prise, à l’évidence, en préambule des prochaines modifications statutaires INQUIÉTANTES proposées par notre FD. Ces propositions de modifications n’ont d’ailleurs qu’un seul but, s’accaparer tous les pouvoirs et préserver des sièges à la FD ! 

 

Le grand ménage a commencé, dé mandatement de plusieurs DSC, RS CHSCT, DS en France qui ne sont pas à la botte de la FD du commerce, Carrefour Proxi, Zara, Sécuritas, Ansamble, gérants non salariés Casino et bien d'autres syndicats.

 

Contrairement aux règles les plus élémentaires qui forment les bases de notre organisation, la FD du commerce a demandé, le 2 mars dernier à Montreuil, a notre syndicat, de ne pas tenir son congrès prévu le 8 mars 2017. Nos adhérents ont décidé DÉMOCRATIQUEMENTde le maintenir, QUOI DE PLUS NORMAL A LA CGT ! L’oligarchie de la FD, elle, n’a pas apprécié ce choix et nous le fait payer.

 

La FD du Commerce insatisfaite, des choix de nos syndiqués de maintenir leur congrès, a sanctionné arbitrairement notre DSC en lui retirant son mandat qu’il avait depuis 8 ans. 

 

MOTIF DE LA FD : NOTRE SYNDICAT EST « NATIONAL » STRUCTURE QUI SERAIT INTERDITE PAR LA FD EN RESPECT DES « SAINTES ORIENTATIONS » DE LA FD ! Bon nombre de syndicats nationaux sont pourtant affiliés dont ceux de certains membres de la FD.

 

Prochaine étape en cours, la désaffiliation de notre syndicat qui existe depuis 10 ans !

 

 

 

Nos cotisations sont bloquées par notre FD depuis mars 2017. Faire disparaitre la CGT, notre patron en rêvait la FD du Commerce va le faire à sa place.

 

Notre FD serait-elle aux ordres du Groupe ÉLIOR ?

 

Lisez les jugements ci-dessous, la FD du commerce ne respecte pas ses propres statuts !

 

Contact : cgtansamble@free.fr

 

MONTREUIL LE 14 JUIN 2017
MONTREUIL LE 14 JUIN 2017
MONTREUIL LE 14 JUIN 2017
MONTREUIL LE 14 JUIN 2017
MONTREUIL LE 14 JUIN 2017
MONTREUIL LE 14 JUIN 2017
MONTREUIL LE 14 JUIN 2017
MONTREUIL LE 14 JUIN 2017
MONTREUIL LE 14 JUIN 2017
MONTREUIL LE 14 JUIN 2017

MONTREUIL LE 14 JUIN 2017

JUGEMENT TI VANNES 16 JUIN 2017

JUGEMENT TI VANNES 27 JUILLET 2017

TRACT 1 DENI DE DEMOCRATIE

TRACT 2 DENI DE DEMOCRATIE

 LE PROCHAIN CONGRES DE LA FD DU

COMMERCE EST EN MARS 2018

ESPERONS QU'IL NE RESSEMBLERA PAS AU 14ème CONGRES !

 

 

CGT : retour sur le 14ème Congrès de la Fédération du Commerce, vécu de l’intérieur

 

 

Impressions sur le 14e Congrès de la Fédération du Commerce, de la Distribution et des Services à Vichy (24/28 novembre 2014)

 

En arrivant au soir du 23 nous sommes déjà étonnés de notre logement dans des hôtels trois étoiles, et plus encore au moment de notre premier repas dans un hôtel cinq étoiles situé en face du Palais des Congrès. Ce luxe est comme même indécent en regard de l’appauvrissement et la précarisation du salariat dans les secteurs du Commerce et des Services. Mais bon pour la fédé cela ne les choque pas apparemment… (Ah la belle aristocratie ouvrière !)

 

Faire le congrès dans une salle d’opéra où furent votés les pleins pouvoirs à Pétain, en voila une ironie, c’est tellement facile ensuite de dénoncer les idées d’extrême droite quand soi-même on assoit sur des règles d’une vie démocratique et qu’on se traite en pleine de séance de raciste !

Examinons dans un premier acte de cette triste comédie, comment se moquer du monde et mépriser des centaines de congressistes afin de sauvegarder un pouvoir et de continuer en s’en mettre plein les poches (le rapport de la CFC a été très éclairant à cet égard au contraire d’un commissaire aux comptes complètement complice qui a justifié les écarts de près de 100 000€ constatés entre le format papier et la publication sur internet des comptes de la CEF) au détriment de la CGT, de son image et de sa réputation. Comment justifier également l’utilisation d’une « Campagne étude » de plus d’un million d’euros en 2013/2014…

 

Après la pénible lecture d’un « rapport d’actualité » où sont évoqués pêle-mêle Iraq Syrie et qualité de vie syndicale, car il semble que pour certains la désespérance de jeunes à faire le djihad serait lié à un problème de vie syndicale… Et le rapport d’activité ? Circulez braves gens il n’est pas glorieux pour la fédé. Le règlement intérieur ? Il est transmis le jour même et dans son contenu il impose des membres du CAI dans le bureau du congrès… Les premières protestations des camarades de l’US et de l’UD de Paris et le refus de toute discussion de la part de la « direction » du congrès soulignent la tension permanente qui sera le fil conducteur de ces cinq jours. La constitution des commissions soulève aussi des interrogations puisque la liste des membres est déjà actée au moment de sa présentation ; après une vive altercation avec la CEF sortante celle-ci se permet d’élargir contrairement à leur règlement intérieur les commissions afin de pouvoir admettre des délégués de l’US de Paris. Du grand n’importe quoi en somme…

 

La présentation de la première résolution entraine de nouveau une passe d’arme entre cette CEF et les délégués parisiens car des amendements essentiels n’ont pas été retenus ; notamment en ce qui concerne l’ouverture du dimanche car le terme « s’oppose » est refusé pour maintenir « reste opposé » ce qui n’est pas la même chose. Les Parisiens arrivent à imposer le vote (ce qui la moindre des choses) après un non débat où la majorité des congressistes n’interviennent quasiment pas (cela sera souvent le cas). Une confusion s’installe immédiatement car le résultat est favorable pour l’amendement… alors comme à Poitiers les fédéraux organisent un second vote ! Et là, miracle le vote devient défavorable ! Bonjour l’ambiance et dans les couloirs ça gueule sec contre cette énième manipulation.

Le lendemain matin Thierry Lepaon intervient dans un discours insipide où il récite mécaniquement un texte passe partout. La présentation de la second résolution ne suscite pas d’intervention particulière ; en revanche pour la troisième, le conflit revient en force car le débat se place sur les notions de syndicalisme de service et de syndicalisme de lutte ; là aussi c’est l’incompréhension qui prédomine car les Parisiens passent pour des emmerdeurs aux yeux de la salle, même si en off beaucoup disent que le travail revendicatif à Paris est remarquable et que les dénonciations de la passivité de la fédé sont justifiés. Comme lors de l’intervention du camarade de Virgin qui dénonce avec force l’abandon pur et simple des salariés de sa boite (en vérité c’est l’US de Paris qui a du organiser la mobilisation nationale pour tenter de sauver les emplois puis permettre aux salariés de partir avec de meilleures indemnités). D’ailleurs la date du 16 décembre pour la mobilisation (initiée par cette même US) contre le travail du dimanche et le travail de nuit a été retenue comme une manif nationale par la fédé…mais la question se pose : pourquoi elle ne mobilise pas dans les régions alors que les moyens en matériel et en militant existent comme l’a démontré celle organisée par la seule US à Paris le 14 novembre où près de 2000 salariés ont défilé. Elle était autrement plus conséquente que cette pauvre manif artificielle devant la sous préfecture de Vichy…

 

En réalité le manque de réactivité de la salle peut dissimuler une gêne à intervenir dans le débat, à prendre position car n’oublions pas qu’après le congrès de Poitiers une purge a été faite contre les congressistes qui s’étaient opposés aux tricheries et aux violences ; a contrario la séance sans grande intérêt consacrée à l’encadrement dans la CGT a suscité pas mal d’interventions sur la difficulté à être cégétiste et agent de maitrise voir cadre. Plus problématique a été ce moment où durant le visionnage d’un clip de la fédé sur la grève des Mc Do aux USA l’extrait d’un discours d’Obama qui prétend adhérer à un syndicat s’il avait bossé dans un resto a soulevé un torrent d’applaudissements dans la salle… le comble de la bêtise et de l’ignorance.

 

Dernier acte et pas des moindre fut celui où le syndicat HPE a dénoncé la candidature d’Amadou N’Diaye à la CEF ; en distribuant les jugements concernant ce personnage aux congressistes le syndicat a mis les pieds dans le plat (voir « Des Thierry Lepaon il y en a des centaines à débarquer à la CGT, l’exemple d’Eurodisney »). Revendiquant son acte après qu’Amar Lagha ait estimé que ceux qui ont fait çà ne sont pas digne de la CGT, le syndicat a courageusement tenu tête à la réprobation générale. Rappelons à ce sujet que la veille, la secrétaire générale de l’US de Paris Céline Carlin avait également dénoncé la candidature d’Amadou N’Diaye lors d’une pitoyable réunion de la commission des candidatures ; pas un seul des quatorze membres présent n’a soutenu la camarade qui a préféré retirer les candidats de l’US Paris de cette sinistre CEF.

 

L’apothéose fut le lendemain lors des résultats connus de l’élection des membres de la CEF ; les scores médiocres des sortants sont réjouissants ; Amadou N’Diaye a fini avant dernier… Dans une ambiance faussement star acadamy les heureux élus sont alors invités sur le podium mais alors qui va les applaudir dans une salle presque vide ? La nature ayant horreur du vide une Internationale retentit sur une tribune où personne ou presque n’en connait les paroles… Prenant la balle au bond, Karl Ghazi et Remi Picaud les ennemis jurés de la fédé (encore pire que les patrons !) poursuivent la chanson et comble de l’ironie leurs visages apparaissent à l’écran sur un tonnerre d’applaudissements. Comment retourner une salle en quelques minutes après cinq jours d’hostilités !

 

Source ouvalacgt.over-blog.com

 

Souvenirs de militants de Grenoble : Courrier adressé à la fédé du commerce et au 50e congrès

Publié le par FSC     Source : http://www.frontsyndical-classe.org

Des militants de la region Grenobloise


A l'attention de la Fédération CGT du Commerce.

Grenoble, le 2 Février 2013

Chers Camarades,

Mardi 29 janvier, nous étions quelques militants de la CGT à  accompagner Ana Maria Pirès

A  l'audience du Conseil des Prud'hommes de Grenoble . Maria avait assigné la société de restauration "COMPASS" pour atteintes aux libertés syndicales et harcèlement moral.

Quelle ne fut pas notre stupeur lorsque l'avocat de l'employeur fit état dans sa plaidoirie d'une lettre datée du 14 Mars 2012 que Amar Lagha, secrétaire de la Fédération CGT du Commerce, de la Distribution et des Services adressait au syndicat de la restauration collective de Grenoble.

Dans cette missive, le secrétaire fédéral accuse la secrétaire du syndicat de Grenoble de discréditer toute la CGT et annonce que la fédération suspend le mandat des "animateurs".En conclusion il annonce que: "la Fédération mettra tout en oeuvre pour faire respecter les valeurs de notre organisation".

Nous nous interrogeons et vous interrogeons:

Comment une telle lettre a pu parvenir jusqu'à  la direction de COMPASS? Est-ce là faire respecter les valeurs de la CGT? Pour qu'un tel document parvienne jusqu'au patron, il faut un ou des complices! De mémoire de militants ce ne sont pas les pratiques en cours à  la CGT.

C'est très grave!

Nous demandons également, de quel droit la fédération suspend-elle arbitrairement des mandats ?

Les soussignés, tous militants de longue date, ayant exercé à  la CGT diverses responsabilités soutenons Ana Maria Pires, Dahlia Djidel et Daniel Morel dans leurs luttes depuis de nombreuses années et témoignons de leur intégrité.

Nous attestons de leur engagement sans faille au service des salariés et conformément aux principes défendus par la CGT. Certains d'entre nous assistaient à la réunion en présence de l'Union Départementale et
de l'Union Locale.

Nous avions noté les engagements pris par Amar Lagha au nom de la Fédération, pour régler les problèmes et notamment l'attitude de certains élus CGT qui se rangent volontiers aux cotés de la direction de "Compass" pour dénigrer Ana Maria et Dahlia. Nous disposons d'un enregistrement qui confirme cette connivence. On entend un délégué CGT insulter nos camarades militantes: "connasse", "ca va mal se terminer pour elle","avec le courrier que j'ai envoyé aux prud'hommes, elle est grillée", "elle est complètement folle", "elle tire au cul...elle nous fait chier".

On entend également le DRH proposer de faire voter par le CE un budget pour financer un avocat pour défendre un des "collabos"...

Nous disposons de courriers de l'inspectrice du travail très explicite: "Lorsque j'ai demandé des explications au gérant, ce dernier m'a fait la déclaration suivante en montrant du doigt Mme Pires: "celle-ci est en congé, elle dégage, elle n'a pas le droit d'entrer dans l'entreprise". J'étais en présence d'une entrave manifeste à  l'exercice du mandat de délégué du personnel de Mme Pires". Article L1231 5-8 du code du travail.
(lettre du 18 février 2010).

En principe, lorsqu'un militant de la CGT subi des pressions dont l'inspectrice du travail a été témoin le défendre est un devoir pour les autres syndiqués. Hélas, certains qui se prétendent adhérents à  la CGT, ont fait le choix de prendre fait et cause pour la direction de COMPASS!

Un élu CGT (DP) est "patron" d'un site de vente en ligne 

Nous ne sommes pas sur que cela soit compatible avec des responsabilités à  la CGT !

Nous savons tous que ce mépris non dissimulé de la direction de COMPASS s'adresse uniquement aux syndicalistes qui agissent dans l'intéràªt des salariés, les jaunes n'y ont pas droit.

Il y a longtemps que nous alertons les diverses instances de la CGT, sans grand succès.

Nous avons cru lire récemment 3Lorsqu'un militant de la CGT est attaqué, c'est toute la CGT qui est attaqué !!"

C'est une des raisons de notre interpellation et nous exigeons des explications.
Les signataires qui connaissent parfaitement le dossier manifestent de nouveau leur soutien indéfectible à  Ana Maria,Dahlia et Daniel...
Nos camarades sont en souffrance, cela a assez duré, il est temps de régler le problème.

Salutations syndicales
Michel Ciadella, militant CGT depuis 1958
Pierre Germain Bonne secrétaire de l'UL CGT de Grenoble
Chantal Gomez militant de lUL CGT de Grenoble
Gilles Pons Membre du CollRIF et de la Ce du SNTRS CGT
Henri Rodenas Secrétaire régional du SNTRS CGT et membre le la CE du SNTRS

---------------------------------------------------------
Adresse au 50e congrès de la CGT  
---------------------------------------------------------

Nous militants de la CGT de l'entreprise de restauration collective COMPASS, depuis de nombreuses années, alertons les congressistes sur des pratiques non conformes à  nos statuts et à  notre charte de la vie syndicale.

Nous avons été exclus de façon arbitraire de tous nos mandats en contradiction avec la charte de la vie syndicale qui invite ...notamment à  bannir toute pratique d'exclusion de syndiqués ou de syndicats fondés sur des différences d'approche en termes d'orientation, dès lors que les statuts et les règles de vie de la CGT sont respectés.

Nous étions organisés sur la région grenobloise, alors que la charte de la vie syndicale préconise le développement d'un syndicalisme de proximité, des décisions venues d'on ne sait où nous ont rattachés au site de Clermont-Ferrand ! Cette même charte propose de promouvoir par des efforts volontaires la présence en plus grand nombre de syndiqués aux responsabilités et nous avons un « camarade » qui est : délégué syndical, délégué du personnel, membre du CHSCT, du Comité d'entreprise et qui de plus est le "patron" une entreprise de vente en ligne. Il nous semble qu'il y a là quelques incompatibilités. Cependant la fédération du commerce parfaitement au courant de la situation ne trouve rien n'à  redire.

Le comble est ce qui suit :

Le 29 janvier 2013, une camarade du site grenoblois avait assigné la société de restauration COMPASS pour atteinte aux libertés syndicales et harcèlement moral.

Quelle ne fut pas notre stupeur lorsque l'avocat de l'employeur fit état dans sa plaidoirie, d'une lettre datée du 14 mars 2012 qu'un secrétaire de la fédération CGT du Commerce,vde la Distribution et des Services adressait au Syndicat de la restauration collective de Grenoble...

Alors que des camarades Anne-Marie et Dahlia subissent une répression patronale, elle ne pouvait attendre aucune aide de leur propre fédération. Heureusement la CGT et une confédération et elles reçoivent le soutien sans faille du SNTRS-CGT de Grenoble, de l'union locale CGT de Grenoble et de militants de la CGT de l'agglomération. Grâce à  leur ténacité et leur courage, elles ont gagné tous les procès qu'elles ont engagés contrevleur employeur !

A plusieurs reprises nous avons dénoncé la complicité pour ne pas dire plus, avec la direction du groupe COMPASS, de certains des élus et mandatés CGT... Récemment des militants CGT de l'agglomération grenobloise ont adressé une lettre (voir au verso) à  la fédération CGT du commerce qui est à  ce jour comme nos autres courriers sans réponse.

Nous ne pouvons tolérer ces méthodes qui discréditent l'organisation syndicale à aquelle nous sommes attachés. Mettons en pratique nos déclarations du style : lorsqu'un militant de la CGT est attaqué, c'est toute la C.G.T. qui est attaquée !

C'est pourquoi nous lançons un appel solennel aux participants du 50e congrès confédéral :
"Soyons CGT et pas seulement dans les textes".

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :